Le Sexe et la chasse des Hommes Riches

sexe hommes richesLe sexe et la chasseuse

C’est le moteur principal de son action, si ce n’est pas le cas on peut vite tomber dans la perversion. Le sexe est primordial, fondamental dans la psychologie de la chasseuse. Avant tout une chasseuse est une femme qui recherche le plaisir dans la variété des hommes riches rencontrés et dans le hasard desdites rencontres qui fait parfois magnifiquement les choses.

C’est une experte du plaisir, elle connaît généralement  bien son corps et ses exigences, elle sait ce qu’il lui faut pour jouir, et, avec le temps elle acquiert un « nez » très sûr pour détecter les hommes qui sont susceptibles de lui donner du plaisir ou pas. On l’imagine avoir une sexualité offensive, dans laquelle elle prend le dessus, les commandes, c’est souvent le cas, mais pas obligatoirement. Si elle connaît les hommes – et une chasseuse se doit de ne rien ignorer d’eux -, elle sait qu’il faut souvent les laisser agir à leur guise au lit afin de mieux les découvrir et découvrir leurs qualités d’amant. On trouve des chasseuses clitoridiennes comme des chasseuses vaginales, on trouve aussi des femmes qui ne prennent pas systématiquement leur pied lors d’une rencontre, mais qui éprouvent immanquablement du plaisir à frotter leur peau contre celle d’un homme.

J’aime l’odeur des hommes
« Tous les hommes ne peuvent obligatoirement te donner du plaisir, il y en a de véritablement nuls et puis il y en a avec qui ça ne colle pas tout simplement. Ça, même si tu peux détecter certains indicateurs en leur parlant, tu ne peux pas en avoir la certitude avant d’être allée au lit avec eux. Et puis un homme peut être plus ou moins en forme ou à l’écoute selon les circonstances. Mais dans tous les cas, je suis toujours contente d’avoir couché avec un homme parce j’aime l’odeur des hommes, l’odeur de leur peau, l’odeur de leur sperme. C’est ma drogue. Une fois je suis allée en reportage dans une caserne de pompiers, et à un moment, je suis passée devant une des chambrées, c’était le matin, une demi-douzaine d’hommes avaient dormi là, en attendant un éventuel appel, H en émanait des lits défaits une odeur de mâle encore chaude, associée bien sûr, dans mon esprit, à l’idée de l’uniforme, que j’adore… J’ai cru m’évanouir tellement j’étais excitée. Un instant délicieux vraiment. Du reste, quand je couche avec un homme et surtout s’il me plaît, je ne me lave pas tout de suite après qu’il m’ai quittée, j’aime garder son odeur sur moi, sur l’oreiller où il a posé sa tête, dans la chambre, flottant… », Laure, 35 ans, journaliste.